Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de harent le varent
  • Le blog de harent le varent
  • : Ces trois regles signifient littéralement : « Ne vois pas », « N'entends pas », « Ne parle pas ». Plus précisément, la doctrine citoyenne signifient « je ne dis pas ce qu'il ne faut pas dire », « je ne vois ce qu'il ne faut pas voir », et enfin « je n'entends ce qu'il ne faut pas entendre »
  • Contact

etre ou ne pas etre

je ne vois pas, ne parle pas et n'entend pas. je ne suis plus rien sinon je mexprime, alors voila l'occassion.

Recherche

13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 22:00

la Torah ordonne de se souvenir de la condition d’esclave des ancêtres juives.
La Torah en fait même le principe d’un important système éthique.                                                                            Les esclaves de confession juive seulement ?????

L’injonction : « Tu te souviendras que tu fus esclave en terre d’Égypte » revient souvent dans le texte biblique, notamment dans le Deutéronome. la Torah énonce : « et tu te souviendras que tu fus esclave en terre d’Égypte » Deutéronome. La fin de l’esclavage équivaut à l’accession à la dignité humaine. La justice appliquée à tous, et la prise en considération des difficultés de vie d’autrui sont une conséquence de la sortie de la servitude, acte de justice par excellence puisque tous les hommes sont égaux, et acte de compassion dans le même temps. La pratique de l'esclavage par les Juifs est autorisée par la halakha, la loi juive, sous certaines conditions restrictives. Selon la loi mosaïque, les esclaves des juifs avaient le droit à l'émancipation la septième années, mais aussi les esclaves devaient être libérés après sept cycles sabbatiques. Talmud de Babylone condamne le propriétaire d'un esclave à libérer celui-ci sur le champ si le maître blesse l'esclave et que le soin de l'esclave nécessite une dépense supérieure à 5 peroutas (petite monnaie de l’époque en Babylonie). De nombreuses références sont égrenées tout le long du Deutéronome pour abroger l'esclavage, telle, comme dans Exode21.27. Dans l'histoire, visiblement les esclaves Africains n'ont pas vraiment profiter de ces recommandations.

En 1496 fut proclamé l'ordre d'expulsion des Juifs du Portugal, selon lequel ils devaient soit se convertir au christianisme, soit quitter le Portugal. les Juifs qui continuaient à pratiquer le judaïsme cherchèrent un moyen de quitter le Portugal, partant souvent vers les colonies portugaises, en particulier l'île de Madère et les Açores. En 1420; les Portugais importèrent la culture de la canne à sucre de Sicile à Madère, colonie portugaise depuis 1400. En 1516, le roi Manuel 1er décréta que les personnes désirant émigrer au Brésil pour se lancer dans la production du sucre, recevraient de la couronne tout le matériel nécessaire, ainsi que l'assistance d'experts pour produire le sucre au Brésil. les documents attestent le rôle des Juifs dans la production du sucre au Brésil, leur participation dans un triple domaine : la culture de la canne à sucre, la production du sucre et la commercialisation.

Après quelques tentatives françaises de coloniser l'île de Cayenne en Guyane Française, les Hollandais fondèrent une colonie en 1656. La Compagnie hollandaise des Indes occidentales décida d'avoir recours aux colons juifs du Brésil, très expérimentés dans l'industrie sucrière. C'est avec l'arrivée de Juifs à la Martinique et à la Guadeloupe, que la production de sucre remplaça celle du tabac. En 1661, il y avait 71 moulins à sucre à la Guadeloupe, et un peu moins à la Martinique. En 1671, on comptait à la Martinique 111 moulins avec 6 582 ouvriers, et en 1675, il y avait 172 moulins. La présence juive prend fin avec la signature par Louis XIV du fameux «Code Noir». Les Juifs sont donc partis pour l'île de Curaçao, et l'activité sucrière est passée aux mains des Français.

Les juives n’étaient pas seulement expert dans la fabrication du sucre mais aussi dans le transport d’être d'humains. Non les juives ne possédèrent pas d'agence de voyage, mais plutôt des commerces dans le traite négrière. les commerçants, trouvèrent dans les Noirs d’Afrique un excellent « produit », docile et robuste, les théories de Darwin s’appliquent durant le transport et il ne reste que les meilleur à l’arrivée... Les négociants d’esclaves juifs ont du fournir des Noirs par dizaines de milliers vers les plantations d’Amérique du sud et des Caraïbes.

Le chercheur juif Arnold Wiznitzer est beaucoup plus explicite concernant l’implication des Juifs au Brésil : « A part leur position importante dans l’industrie sucrière, ils dominent le négoce des esclaves. De 1636 à 1645, un total de 23.163 Nègres, selon les textes arrivent d’Afrique, Les acheteurs, lors des ventes aux enchères étaient tous Juifs. les marchands juifs jouèrent un rôle majeur dans le commerce des esclaves. En fait, dans toutes les colonies américaines, qu’elles soient anglaises, françaises ou hollandaises, les marchands juives dominaient fréquemment. La traite négrière est une caractéristique majeure de la vie économique des Juifs. Le Surinam étant l’une des plaques tournantes majeure du commerce triangulaire. Les Juifs nord-américains et des Caraïbes jouèrent un rôle clé dans ce commerce. Les registre d’une vente d’esclaves en 1707 révèlent que les 10 plus gros acheteurs juifs contribuèrent à plus de 25 % de la vente.« les navires n’appartiennent pas seulement aux Juifs, mais beaucoup étaient commandés par des capitaines juifs avec des équipages composés de Juifs ».

Le commerce triangulaire d'esclave se fessait depuis les grands ports de l'Atlantique où était installés depuis la fin du 16 siècle beaucoup de familles de juifs qui avaient quitté le Portugal. Certains participèrent au grand commerce colonial et à la traite des Noirs. Les archives indiquent ainsi qu'à Bordeaux, au XVIIIesiècle, des Juifs ont armé pour la traite des navires, dont une majorité pour la maison Gradis. Le négociant Grandis possédait par ailleurs des plantations en Martinique et à Saint-Domingue. La famille Gradisest une famille juive Française, originaire du Portugal, établie à Bordeaux au 16 siècles.
Elle fonda la maison Gradis, devenue la Société française pour le commerce avec l'outre-mer (SFCO), par le biais de laquelle elle a jouer un rôle important dans le commerce avec les possessions françaises dans le nouveau monde.

Noms de Propriétaires de quelques-uns des Bateau de négriers.

Abigail - Aaron Lopez, Moses Levy et Jacob Franks

Crown - Isaac Levy and Natham Simpson

Nassau - Moses Levy

Four Sisters - Moses Levy

Anne and Eliza - Justus Bosch et John Adams

Prudent Betty - Henry Cruger et Jacob Phoenix

Hester - Mordecai et Davdi Gomez

Elizabeth - Mordecai et Davdi Gomez

Antigua - Natham Marston et Abram Lyell

Betsy - William De Woolf

Polly - James De Woolf

White Horse - Jan de Sweevts

Expedition - John et Jacob Roosevelt

Charlotte - Moses et Sam Levy ; Jacob Franks

Caracoa- Moses et Sam Levy

Les « Négriers » sont étroitement liés à l’un des plus grands génocides de l’humanité qui concerne l’esclavagisme : le génocide des Noirs.

un certain nombre de chercheurs qui, tout en ne niant pas le fait que des Juifs ont participé au commerce esclavagiste, se sont attachés à démontrer que leur contribution à la traite est restée tout à fait mineure.

Bien que les juives de nos jours ne sont pas des esclavagistes, mais leurs ancêtres l'ont fait. Même si ils n'ont pas commis cet acte, l'entité morale à laquelle ils appartiennent l'a fait. Le monde auquel nous appartenons se souvient; de l'esclavage et de l'holocauste. Le monde dans lequel nous sommes est condamné par nos actes, passé, présent et futur. Il est légitime d'être libérés de nos liens avec le passé par une reconnaissance. La communautés juives doit reconnaître que ses ancêtres ont participé à « l'esclavage » ce crime contre l'humanité.

pétition en ligne sur:
http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2012N24617                                                                                                               article de l'association la legion des administres

Repost 0
Published by harent le varent - dans histoire
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 11:59

À la tête de Cuba depuis 1959, Fidel Castro, 85 ans, éloigné du pouvoir depuis 2006 pour raisons de santé, est entré dans le Livre Guinness des records comme «la personne qu'on a le plus souvent tenté d'assassiner», soit 638 fois, selon un site officiel cubain.

«Le dirigeant historique de la Révolution cubaine, Fidel Castro, est la personne qu'on a le plus souvent tenté d'assassiner, selon ce qu'indique le Livre Guiness des records et les archives de l'Agence centrale de renseignement (CIA) américaine, principale commanditaire de ces tentatives d'homicides», indique le site Cubadebate.

Cubadebate affirme que jusqu'en 2006, lorsqu'il a laissé les rênes du pouvoir à son frère Raul, «on comptait 638 tentatives d'assassinats contre lui, quasiment toutes dirigées par la CIA».

«Les méthodes utilisées pour le tuer ont été multiples, mais toutes ont échoué: des snipers, des explosifs dans ses chaussures, du venin injecté dans un cigare, jusqu'à une petite charge explosive dans une balle de base-ball, entre autres», recense le site.

Selon le site officiel, «depuis qu'il a pris la tête de la Révolution cubaine qui a triomphé en 1959, on a commencé à planifier son élimination physique» et «parmi les plus intéressés» à sa disparition «il y a les agences nord-américaines d'espionnage et de subversion».

Le Guinness World Records est un livre à parution annuelle, qui se présente comme le plus vendu au monde après la Bible.

 

Agence France-Presse
La Havane

Fidel l'immortel va vivre meme apres sa mort.

                                               

 

Par ses prises de décision, il offre une image fidèle de la révolution, de l’intelligence, de la culture, de l’imaginaire révolutionnaire et scientifique qui a fonder la Nation Cubaine.

 

Fidel l'immortel est une représentation d'une idole qui fait objet de culte par une partie de la population Cubaine.

 

On ne juge pas ici les actions de Fidel l'immortel, car il va répondre de ses actions devant dieu comme nous tous.

 

On ne dit pas qu'il soie bon ou mauvais, qu'il est été un dictateur ou pas, mais il est sure que Fidel l'immortel a sa place dans l'histoire de ce Monde.

 

Cet homme a fait de son pays, l'un des seuls pays a résister aux USA sans bombe nucléaire, l'un des pays ou l’écart entre les riches et les pauvres soie aussi faible.

 

Cet homme a fait de son pays, l'un des premiers avec un taux d’illettrisme aussi bas, avec un système de sante au niveau d'un pays riche, mais cela a un prix élevé pour la population; son isolement.

 

Fidel l'immortel a sa place dans les livres pour avoir contrôlé aussi longtemps son pays d'un main de fer ou il n'y avait que lui comme dieu.

 

Grâce à Fidel l'immortel, le peuple Cubain a soif de liberté et de démocratie.

 


Les USA et Israël sont autant coupable que Fidel l'immortel dans la pauvreté des Cubains. Cela fait plus de dix-huitième année consécutive que l'Assemblée générale des Nations Unies condamne l'embargo dans un non-contraignant.

 

Mais visiblement cela ne change rien, dans cette histoire seul le peuple Cubain souffre, devant l'obstination et la résistance de Fidel l'immortel, cet homme va devenir un immortel pour certain et un criminel pour d'autres, au meme titre que d'autre grand de ce Monde.

 

Nous n'avons pas à aimer ou détester Fidel l'immortel, mais au moment d'ecrire l'histoire, il faut prendre le bon et le mauvais des années de Fidel l'immortel.

 

Fidel l'immortel exerçant toujours une grande influence sur l'île communiste, l'ancien dirigeant cubain explique que «la principale erreur commise sous l'emprise de l'idéalisme fut peut-être celle de croire que dans le monde il existait une certaine part de justice et de respect du droit des peuples, alors que, de toute évidence, cela n'existe pas», mais s'est félicité de ne jamais avoir trahi son pays qui est resté «debout» face à la politique d'agression des États-Unis.

 

Après avoir évoqué la crise des missiles (1962) et la tentative d'invasion de la baie des Cochons (1961), l'ancien président cubain souligne que «la Révolution reste debout» malgré l'hostilité depuis plus de cinquante ans des Etats-Unis, qui ont également imposé un embargo à l'île en 1962.

 

Il y aura un Cuba avec Fidel l'immortel et un Cuba sans Fidel l'immortel apres sa disparution.

 

Repost 0
Published by harent le varent - dans histoire
commenter cet article