Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de harent le varent
  • Le blog de harent le varent
  • : Ces trois regles signifient littéralement : « Ne vois pas », « N'entends pas », « Ne parle pas ». Plus précisément, la doctrine citoyenne signifient « je ne dis pas ce qu'il ne faut pas dire », « je ne vois ce qu'il ne faut pas voir », et enfin « je n'entends ce qu'il ne faut pas entendre »
  • Contact

etre ou ne pas etre

je ne vois pas, ne parle pas et n'entend pas. je ne suis plus rien sinon je mexprime, alors voila l'occassion.

Recherche

16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 21:38

Vous en avez rêve, le législateur Français l’a enfin fait. Les testes de paternité sont enfin légalisé et peuvent être réalisé sans aucune contrainte quelconque.

Certaines études estiment qu’entre 7 et 10 % des pères ne sont pas les pères biologiques et l’ignorent. « Et cela n’est pas correcte. Il est vrai que ce qui compte, c’est que le père se sente père de cet enfant et que l’enfant se sente l’enfant de ce père ».

Cela reste dangereux, d’une façon générale, de savoir la vérité. Mais si tous les enfants savaient qui est leur père biologique, cela risquerait dans bien des cas de fragiliser des liens encore plus importants pour la stabilité de l’enfant. Les testes peuvent provoquer beaucoup de dégâts dans les familles. Mieux vaut se demander ce que le résultat risque de changer dans votre vie.

Le directeur d’un des rares laboratoires agréés à pratiquer ces tests sur le sol français. Lui voit passer entre 200 et 300 dossiers par an. Tous autorisés par un juge. Mais il estime qu’entre 10 000 et 20 000 personnes se passeraient de la justice française et ne feraient plus confiance qu’à la science pour remonter une filiation. Parmi elles, des adultes qui veulent une part d’héritage, des mères dont l’ex n’assume pas la pension alimentaire, des enfants adoptés en quête de leurs parents biologiques, mais surtout beaucoup de pères de jeunes enfants et séparés.

Jusque la, les testes de paternité étaient encadré par la loi ;

Les lois de bioéthique de 1994 n’autorisent les tests de paternité que dans le cadre d’une procédure judiciaire et avec le consentement des intéressés.

La législation française concernant le test de paternité est très stricte car la France est l'un des rares pays au monde à bénéficier de lois concernant le statut du corps humain. Mieux vaut connaître les risques encourus avant d'effectuer une recherche de paternité en s'assurant préalablement que l'adresse de livraison n'est pas soumise à la législation française. Si vous commandez un test de paternite via Internet ou par téléphone en France, non seulement l'envoi peut-être confisqué par les douanes mais vous risquez un an d'emprisonnement et 15 000 € d'amende (article 226-28 du Code pénal). Le tribunal de grande instance, statuant en matière civile, est seul compétent pour connaître des actions relatives à la filiation.

ARTICLE 16-11

En France, depuis l'entrée en vigueur des lois dites de bioéthique du 29 juillet 1994 (modifié le 14 mars 20111), l'article 16-11 du Code civil réglemente l'identification d'une personne par ses empreintes génétiques :

dans le cadre de mesures d'enquête ou d'instruction diligentées lors d'une procédure judiciaire

à des fins médicales ou de recherche scientifique

aux fins d'établir, lorsqu'elle est inconnue, l'identité de personnes décédées.

Contrairement à d'autres pays francophones, notamment la Suisse, la Belgique et le Canada, la France interdit aux particuliers la consultation de laboratoires quant à leur recherche de paternité. En effet, en matière civile, le test de paternite ne peuvent être ordonnés que que dans le cadre d'une procédure judiciaire visant à établir ou à contester un lien de filiation. En outre, le consentement de l'intéressé doit être préalablement et expressément recueilli. Enfin, sauf accord de la personne de son vivant, aucune identification par ADN ne peut être réalisée après sa mort.

Les tests de paternité

Savoir s'ils sont bien les pères biologiques de leurs enfants, c'est ce qui pousse chaque année davantage d'hommes à effectuer un test de paternité auprès de laboratoires.

Le Test Adn de Paternité est une méthode scientifique basée sur l'extraction et l'analyse de l'ADN, dans le but de comparer les liens de parenté. Si lors de la naissance d'un enfant, l'identité de la mère ne pose aucun doute, celle du père peut être sujette à controverses.

Les avancés techniques permettent aujourd'hui de prouver par l'ADN si un homme est le père biologique d'un enfant par comparaison des profils génétiques.

La science médico-légale va enfin mettre un terme à vos inquiétudes et à vos doutes concernant la fidélité de votre partenaire.

Ce test repose sur une analyse particulière de l'ADN, intitulée technique d'empreinte génétique très largement automatisée aujourd'hui.

Techniquement, un échantillon de salive est déposé sur un papier buvard spécial (plus aisé comme sécrétion corporelle même si ces analyses peuvent également se faire avec du sang). La machine découpe ce papier buvard et le dépose dans un tube. L'ADN en est ensuite extrait puis amplifié par une PCR (Polymérase Chain Reaction). Cette technique de biologie moléculaire permet de recopier et d'amplifier un petit fragment localisé juste autour d'un site précis du génome. Plusieurs marqueurs génétiques propres à chaque individu (hyperpolymorphiques) sont ainsi analysés en une seule expérience. Les fragments amplifiés sont recueillis et triés en fonction de leur taille après migration, dans un champ électrique, sur un gel d'électrophorèse. On obtient ainsi un code-barres qui sera spécifique de chaque individu et visible directement par fluorescence.

Les marqueurs génétiques utilisés sont des séquences particulières d'ADN qui correspondent à une région de répétitions d'une courte séquence nucléotidique. Le nombre de répétitions est variable pour un locus donné, ce qui génère le polymorphisme (la variabilité constatée entre les personnes). "La combinaison des possibilités observables sur un marqueur avec le nombre de marqueurs utilisés donne ainsi une caractérisation génétique propre à chaque individu" explique Jean-Paul Moisan, professeur de génétique médicale et PDG de l'IGNA(Institut Génétique Nantes Atlantique).

Pour les tests de paternités, on crée ainsi l'empreinte génétique de l'enfant. Une moitié des caractéristiques observées provient du père et l'autre de la mère. On compare dans un premier temps ce qui, chez l'enfant, provient de sa mère, les caractéristiques restantes venant donc du père biologique. On regarde alors si elles sont, ou non, retrouvées chez le père proposé.

TEST DE PARTERNITE

On compare le code-barres de l'enfant à ceux de ses parents présumés. L'enfant a hérité d'un chromosome paternel et d'un chromosome maternel. Dans notre exemple, le père présumé 2 n'a pas de fragment en commun avec l'enfant, il ne peut être son père biologique.

Vous en avez rêve, alors continué à rêve car le législateur Français n’est pas encore fou. Les testes de paternité légalisé risquent de mettre en dangers des femmes, des enfants, des couples, des familles etc.

Pourtant la vérite est la base de toute confiance et reste un objectif de tous les jours.                     

Vous est-il déjà arrivé que votre confiance soit trahie ?
Vous pensez bien connaître la personne, vous partagez beaucoup de choses avec elle, vous avez beaucoup d'estime envers elle, jusqu'au jour où le ciel vous tombe sur ta tête et là vous vous dites comment ai-je pu lui faire confiance ????????

Par un teste de paternité, vous apprenez que vous avez été victime d'adultère « le fait que votre époux a des relations sexuelles avec une personne autre que vous »[].

L'infidélité est presque devenue partie intégrante du couple. Certains l'acceptent, d'autres y résistent ou encore la cachent... ce qui est sûr c'est que toutes les personnes en couple y ont pensé un jour au cours de leur relation. Mais une pratique qui peut se terminer mal, comme les violences conjugales.

Quand le législateur refuse de vote la loi de légalisations des testes de paternité, il encourage les femmes dans leurs vises et les protège aussi des violences conjugales.

La violence conjugale est, au sein d'un couple, la violence exercée par un des partenaires sur son conjoint ou sa conjointe. Il peut s'agir d'un phénomène circonstanciel (violence situationnelle), mais aussi parfois un processus systémique et évolutif (terrorisme conjugal)[] au cours duquel un partenaire exerce, dans le cadre d’une relation privilégiée, une domination qui s’exprime par des agressions physiques, psychologiques, sexuelles, économiques ou spirituelles. La violence conjugale, dans ces conditions, a des conséquences délétères pour les victimes ainsi que pour les éventuels enfants du couple. Il s'agit de la première cause de mortalitéchez les femmes âgées de 19 à 44 ans dans le monde, devant la guerre, le cancer et les accidents de la route[].

La violence conjugale peut etre le resultat d’un enfant adulterin.

Voir grandir cet enfant que vous aimez, cet enfant que vous pensez qu’il était la chair de votre chair, cet enfant est un enfant adultérin ou illégitime est un enfant conçu dans le cadre d'une relation adultérine, c'est-à-dire en dehors votre mariage ou relation.

Le législateur a toutes les bonnes raisons de préférer vivre dans le mensonge que faire honneur à la vérité.

Partager cet article

Repost 0
Published by harent le varent - dans vie pratique
commenter cet article

commentaires

skrue 12/12/2013 04:33

Bonjour
Je suis personnellement pour la légalisation des tests de paternité, tout comme c'est déjà le cas dans beaucoup de pays dans le monde (USA, Canada, Angleterre, Espagne, Belgique, Allemagne...). Ces
tests sont bien ancrés dans les mentalités là-bas, et il est normal dans ces pays qu'un homme ait le droit de savoir qu'il est réellement le père de son enfant. Il est d'ailleurs courant qu'un
couple aille librement faire le test sachant que cela rassurera le père.
Ce genre de mentalité n'est pas encore au goût du jour en France, même si ça commence un petit peu à bouger et que heureusement, certaines femmes en France trouvent aujourd'hui normal qu'un homme
ait cette preuve biologique. L'idéal en France serait d'en évoquer l'idée (du test de paternité) avec notre compagne avant même d'avoir un enfant afin de savoir la vision de notre compagne sur le
sujet, si elle serait prête à accepter de faire un test de paternité pour rassurer son homme. Car la filiation sociale est une chose, mais le fait de transmettre ses gênes - la filiation
biologique, est quand-même importante, et je ne suis pas sûr que certaines femmes verraient les choses de la même façon si c'était elles qui avaient besoin d'une preuve biologique, il y a fort à
parier qu'elles seraient tout aussi volontaires de voir leur maternité établie, et ça serait bien normal.
Je pense que certaines des personnes qui ne trouvent pas normal de se poser la question de la paternité en France, pensent ainsi en partie car elles n'ont jamais eu à se poser la question. Mais je
trouve que le fait de ne pas savoir une chose aussi fondamentale est bien une inégalité flagrante entre homme et femme.
Effectivement, les tests de paternité peuvent chambouler beaucoup de choses dans la vie d'une famille, et peuvent aussi amener à de la violence conjugale (je me permets aussi de dire que la
violence conjugale va des deux côtés - certes avec des proportions très différentes, chez les hommes entre 10 et 17% selon pays et années, et que le fait de faire croire une fausse paternité peut
aussi faire partie d'une violence conjugale plus vaste faite à certains hommes).
Toutefois, ces tests peuvent aussi révéler aussi les trahisons qui en sont à l'origine, et pourraient peut-être faire réfléchir certaines personnes afin de peut-être modifier leur comportement.
Les femmes pourraient par ailleurs avoir accès au test de maternité afin de confirmer leur maternité si elles ont un doute à cause des (très rares) échanges de bébés dans les cliniques de
maternité.
Je pense que par cette non-légalisation, la France encourage du même coup certains comportements mensongers de la part de certaines femmes, ce qui est bien triste.
Il serait intéressant de faire une étude dans les pays où c'est légalisé afin de voir ce qu'il y a à en tirer comme conclusions. De là d'où je viens (USA), je sais que les questions de filiation
sont beaucoup moins taboues qu'en France, et le rapport à l'égalité homme-femme y est également moins tabou. Au Canada, ces questions de l'égalité sont plus développées qu'en France également. Dans
certains pays comme l'Allemagne, les tests sont autorisés mais cependant n'ont aucune valeur juridique, et je pense que la solution de l'Allemagne serait une bonne solution pour la France. Cela
permet de rassurer (ou non) certains pères (voire mères dans de bien plus rares cas), tout en limitant les dégâts sur le plan juridique.
Plus un mensonge est maintenu, plus il peut amener à de la violence. Le fait de légaliser ces tests peut donc amener à briser certains mensonges et révéler beaucoup plus vite certaines vérités.
Apprendre que son enfant n'est pas le sien lors de la naissance est toujours très difficile à digérer, mais ça peut se négocier (par exemple en disant "ok cet enfant n'est pas le mien, et j'accepte
de le garder, par contre je souhaite avoir un autre enfant et que ce soit le notre, cette fois-ci", comme ça a été le cas pour un de mes collègues); mais apprendre ce genre de choses après 10 ou 15
ans après la naissance de l'enfant, c'est je pense beaucoup plus dur et beaucoup plus cruel à encaisser. Et un homme qui a un doute, de toute façon, va tout faire pour avoir réponse à sa question,
et ça sera bien normal.
Je trouve vraiment triste le fait de vivre dans le plus grand des mensonges pendant des années, et je pense que c'est tout à fait normal d'être révolté par ce genre d'attitude.
Il est à noter que dans le monde, 1 père sur 30 croit que son enfant est le sien alors que ce n'est pas le cas. Je trouve que ce chiffre est préoccupant, et je pense que légaliser le test de
paternité en France (un des derniers pays où c'est pas encore autorisé et où c'est puni par la loi), ça ferait réfléchir davantage de personnes sur leurs propres actes et sur le fait de mentir
impunément en espérant que le père ne le sache jamais.
Il est enfin à noter que si les tests sont interdits en France, rien n'empêche d'emporter un échantillon d'adn de l'enfant et de se déplacer soi-même à l'étranger pour faire les tests, c'est la
seule façon à peu près sûre d'éviter la punition juridique éventuelle via la saisie des douanes.