Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de harent le varent
  • Le blog de harent le varent
  • : Ces trois regles signifient littéralement : « Ne vois pas », « N'entends pas », « Ne parle pas ». Plus précisément, la doctrine citoyenne signifient « je ne dis pas ce qu'il ne faut pas dire », « je ne vois ce qu'il ne faut pas voir », et enfin « je n'entends ce qu'il ne faut pas entendre »
  • Contact

etre ou ne pas etre

je ne vois pas, ne parle pas et n'entend pas. je ne suis plus rien sinon je mexprime, alors voila l'occassion.

Recherche

14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 20:24

Parce que c’est un pape africain noir qui a inventé cette fête ! 

 

C’est à cause de la manie schizophrénique de « l’Europe chrétienne » à occulter la vérité historique que trois papes noirs ont été blanchis  : Le Pape MILTIADES, le Pape VICTOR Ier et le Pape GELASIUS Ier.

Le PAPE GELASIUS Ier fut le 49e pape (492–496). Son règne dure à peine 4 ans mais sa contribution aux rapports entre Église et État et au concept même de papauté est décisive. Il a introduit la fête de la purification. Il canonisa Valentin et désigna le jour de 14 février le Jour de Saint Valentin (Fête des amoureux) Au départ, il s’agit de l’Amour avec un grand « A » : l’Amour de son prochain. On doit profiter de ce jour pour témoigner ouvertement notre amour, notre respect à nos proches.

 

IMAGE ci-dessus: Le Pape Gelasius Ier (Pape qui a été blanchi par la suite)

 

                                                      Maât : un geste d’AMOUR

 

Dans le cimetière d’Abydos , au sud de Kémèt (Egypte antique), un texte dit : «  J’ai donné du pain à l’affamé et des vêtements à celui qui était nu, et j’ai fait traverser dans mon bateau celui qui ne pouvait pas franchir le fleuve. J’ai été un père pour l’orphelin, un mari pour la veuve, un abri contre le vent pour ceux qui avaient froid. Je suis un qui parlait bien et disait le bien. Je gagnais ma subsistance en Maât  »

                                                               

Comme nous l’avons dit dans un de nos articles, pour un Kamit de l’époque pharaonique, la pire des choses qui ait pu arriver, d’après l’enseignement de Kémèt (Kemmiou) , était la destruction de l’âme, dévorée par le monstre « avaleur d’âmes » (la déesse Ammout). Seul le juste, celui qui « marchait dans les voies de Maât (Vérité-Justice) », pouvait espérer une sentence favorable, celle qui lui donnerait la paix et la béatitude. L’injuste devait s’attendre à un châtiment qui répondrait exactement à ses actes, et qui pouvait aller, dans les cas extrêmes, jusqu’à l’annihilation, appelée « la seconde mort ». Le châtiment infligé par le tribunal à l’injuste était destiné à aider l’âme à se concentrer sur sa propre évolution et à forger sa volonté afin d’être capable d’affronter les nouvelles épreuves de l’incarnation suivante. Le seul juge qui décide du sort de l’âme est la balance, et surtout le « cœur » du défunt, sa conscience, c’est-à-dire, l’absolution des péchés avoués, absolution qui viendrait de sa propre conscience, de lui-même, ce qui constitue le pur et total repentir de l’âme (sans aucune intervention magique), le but naturel de la confession dans sa conception transcendante.

D’après les prescriptions du sage Ptahhotep , le Juste n’est pas égoïste ; il sait écouter ; il vient secourir les faibles ; il est généreux ; il gagne l’amour de son entourage. D’après « Les Formules pour Sortir dans la Lumière du Jour  » (Livre des Morts), la confession négative enseigne : « je n’ai pas dérobé de nourriture (à mes semblables)… je n’ai pas été sourd aux paroles de vérité… Je n’ai jamais fait verser de larmes à mes semblables… je n’ai pas été faux… je n’ai pas fait de mal… je n’ai été riche que de mes biens. »

 

 

 

Faut-il encore rappeler que le premier martyr de l’église, St Etienne est un noir ? C’est le moment de souligner que le vocable AADAM (adam, adama) signifie en arabe classique, Noir. Ce n’est qu’au VIIème siècle que, pour les besoins de la cause, il va connaître des nuances allant de brun, brun-clair, clair… ; toutefois, malgré cette tentative d’atténuation de son étymologie, il n’exprime que des nuances de noirceur et non de blancheur. Par ailleurs, le Christ Jésus (en réalité « Jésus » est la judaïsation de «  Ashiou  », l’Annonciateur, un nom soudano-éthiopien) , fondateur du Christianisme primitif, connu trois mille ans avant sa naissance dans la prophétie égyptienne sous son authentique et secret nom africain Kéri-Séchéta (le Gardien des Mystères – étymologie du mot Christ), n’est-il pas né d’une cananéenne d’origine égyptienne, Marie (Mariama), Mry im (aimée d’Amon) de son vrai nom africain. Amon étant le Dieu des égyptiens anciens et de l’Afrique noire jusqu’à nos jours. C’est d’ailleurs ce culte kamit qui façonnera le Christianisme jusque dans ses détails les plus subtils, du cérémonial au symbolisme en passant par l’iconographie. Le baptême, symbole de la renaissance pour une vie nouvelle, la communion au corps et au sang divin (« manger le corps de Dieu »)…étaient des idées réfractaires et même blasphématoires pour les peuples sémitiques à l’époque de Ashiou / Jésus (voir évangiles), alors qu’elles étaient plusieurs fois millénaires en Afrique. Culte d’ Ousiré (Osiris), mort et ressuscité et qui préside au tribunal du jugement dernier dans l’Amenti (royaume des morts). Aséta(Isis), cette femme noire, épouse et sœur d’Osiris, mère bienfaisante pleine de vie et d’amour, adoptée et vénérée partout en Occident (Grèce, Rome, France, Allemagne …), sera la typification archétype de la « vierge » Marie qui sera d’abord représentée dans sa couleur naturelle, noire, dans toutes les Églises occidentales au début de l’ère chrétienne, avant d’être peint en blanc pour les besoins de la cause. Quant au «  Ankh  » (croix égyptienne) symbole millénaire de la vie en Afrique, longtemps considérée comme un scandale par l’Église qui utilisait alors le poisson comme symbole, il sera adopté tardivement avec tout son symbolisme à quelque variation de forme près. 

 

René-Louis Etilé Parfait-Egyptologue

sources africamaât

 

bien sur vous n'etes pas obligé de croire, mais au moins il faut laisser une place au doute.

Partager cet article

Repost 0
Published by harent le varent - dans religion
commenter cet article

commentaires