Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de harent le varent
  • Le blog de harent le varent
  • : Ces trois regles signifient littéralement : « Ne vois pas », « N'entends pas », « Ne parle pas ». Plus précisément, la doctrine citoyenne signifient « je ne dis pas ce qu'il ne faut pas dire », « je ne vois ce qu'il ne faut pas voir », et enfin « je n'entends ce qu'il ne faut pas entendre »
  • Contact

etre ou ne pas etre

je ne vois pas, ne parle pas et n'entend pas. je ne suis plus rien sinon je mexprime, alors voila l'occassion.

Recherche

4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 23:22

Vite et bien, tous ce qu’il faut savoir sur ce virus.

 

Le terrible virus de la grippe espagnole, qui avait fait entre 20 et 50 millions de victimes dans le monde, peut d'ailleurs se vanter de bien d'autres filiations. «Tous les virus grippaux à l'origine de pandémies ou d'alertes pandémiques au XXe siècle proviennent du virus H1N1 de 1918

le principal réservoir des virus H1N1 est aviaire, les oiseaux, et en particulier les oiseaux sauvages, sont porteurs mais non sensibles à l'infection. Parallèlement, des souches de H1N1 ont circulé depuis cette date en permanence dans les espèces porcines et humaine. Chez l'homme, ces virus H1N1 se sont transformés au fil du temps et ont été responsables de grippes saisonnières banales entre 1918 et 1957.

En 1957, coup de théâtre. Les virus H1N1 quittent brutalement la scène humaine. Ils disparaissent complètement pour être cette année-là remplacés par une nouvelle souche, H2N2, à l'origine de la deuxième pandémie grippale du XXe siècle, apparue en Asie. «Le virus A (H2N2) est nouveau, les anticorps issus des infections antérieures ne se révèlent d'aucune efficacité contre lui, car il est le résultat d'un réassortiment entre virus humains (H1N1) et aviaires.

Les virus H1N1 ne réapparaîtront chez l'homme que vingt ans plus tard, en 1977, génétiquement identiques à ceux de 1950.

Après 1977, ces virus H1N1 reprennent leur circulation hivernale classique dans l'espèce humaine.

En 1998, un événement capital pour la suite va se produire chez des porcs américains : un virus H1N1 porcin se recombine avec des souches aviaires et humaines.

Le virus H1/N1 est un virus mortel de la grippe de type A. Son nom se réfère à deux sous-types d’antigènes : l’hémagglutinine de type 1 et la neuraminidase de type 1.

 une recombinaison d’éléments génétiques provenant de quatre virus différents soit un mélange de grippe porcine, de grippe aviaire, de grippe humaine A H1N1 et d’un autre virus de grippe porcine trouvée en Europe et en Asie…

il s’agit d’un mélange exceptionnel et jamais rencontré de séquences.

Cette nouvelle souche est particulièrement virulente car elle touche des hommes jeunes et en bonne santé ce qui veut dire qu’elle est très pathogène et donc, à risque pandémique.

Ce virus est réapparu en 2009 sous une nouvelle forme génétique transmissible d’homme à homme. L'épidémie grippale résultante a touché l'ensemble de la planète dans les mois qui ont suivi et a été qualifiée de pandémie par l'OMS en juin 2009

 

 

Comment se protéger du virus

 

 

Se laver les mains régulièrement

Se laver les mains très fréquemment notamment en sortant des toilettes, avant de passer à table et en rentrant chez soi, pour éviter une contamination. Utilisez du savon ou un gel antibactérien prévu à cet effet. En effet "chacun se passe la main sur la bouche en moyenne deux fois par heure. Les virus circulent très facilement de cette façon".

 

Utiliser des mouchoirs jetables

Autre recommandation : utiliser des mouchoirs jetables, à usage unique. "Dans le cas des mouchoirs non jetables, les germes se multiplient et circulent lorsqu'on se mouche".


Eviter les poignées de main

Les poignées de main seraient également à éviter. "Une personne sur deux sort des toilettes sans se laver les mains. Eviter de serrer des mains est l'un des moyens les plus sûrs d'éviter la contamination." (…) "C'est d'ailleurs pour cela que Pasteur ne serrait jamais la main de personne". Changer d'habitudes pour se saluer permettrait de réduire les risques de circulation de virus, selon lui.


Réduire les postillons

Les postillons sont aussi des transmetteurs de virus : "ils se projettent à 150 kilomètres/heure sur toutes sortes d'objets. Or un virus peut rester en vie 24 heures sur un bouton d'ascenseur par exemple". Nettoyer ses lunettes et son écran d'ordinateur entre autres avec des lingettes.


Aérer les pièces

Ne restez pas dans un espace calfeutré et non aéré. Ainsi chez vous quand vous vous levez et/ou avant de vous coucher, pensez à ouvrir en grand les fenêtres de la pièce à vivre et des chambres. Un logement correctement aéré est beaucoup plus sain que les autres.

 

Se faire vacciner


 

Le plus important les masques de respiration



 

Le vaccin contre ce virus.

 

 

Ce virus spécifique est sensible au Tamiflu (oseltamivir) et au Relenza (zanamivir) et les patients traités semblent bien réagir au traitement.

Les vaccins antigrippaux contiennent généralement une forme morte ou affaiblie d'un virus circulant. Le vaccin prépare le système immunitaire à défendre l'organisme contre une infection vraie. Pour que la protection conférée par le vaccin soit maximale, le virus qu'il contient doit correspondre relativement étroitement au virus circulant de "type sauvage". Le virus H1N1 étant un nouveau virus, il n'entre actuellement dans la fabrication d'aucun vaccin.

 

Le principal ingrédient d’un vaccin est le microbe (ou antigène), tué ou atténué, contre lequel on veut protéger l’organisme. Il est fabriqué à partir de bactéries ou de virus complets, de leurs constituants (polysaccharides, protéines) ou de leurs produits (toxines). Par différents procédés, ces microbes sont débarrassés de leur capacité de produire la maladie, tout en conservant celle d’entraîner une réponse immunitaire.

En plus des microbes, les vaccins contiennent de l’eau stérile ou un liquide salin ou protéinique qui sert de solution de suspension. D’autres ingrédients sont présents en quantités minimes : agents de conservation, antibiotique, stabilisants, etc. En voici une liste non exhaustive.

Les milieux de culture des vaccins

 

Pour produire les vaccins, les laboratoires pharmaceutiques utilisent différents milieux de culture. Ceux-ci permettent la multiplication en grand nombre de cellules, de bactéries et de levures. Les principaux milieux de culture sont des protéines bovines, des cellules d’embryons de poulet, des oeufs embryonnés de poule, des cellules diploïdes humaines et des levures. Des traces de certaines protéines peuvent être présentes dans le produit final.

Comment ça marche un vaccin?

On injecte une petite partie d’un microbe dans le corps pour que le système immunitaire y réagisse. Ce dernier fabrique alors des anticorps qui restent dans l’organisme et qui seront en mesure de le protéger contre une infection en cas d’exposition au virus, à la bactérie ou à la toxine. On prévient ainsi des maladies comme la polio, la coqueluche, la rougeole, la varicelle, le tétanos, etc.

 

Les adjuvants dans les vaccins.

 

Les sels d’aluminium, utilisés depuis plus de 70 ans, sont ajoutés aux vaccins pour en augmenter l’efficacité. Les vaccins contre l’hépatite B, la diphtérie et le tétanos, par exemple, contiennent des sels d’aluminium. Ils permettent une réponse immunitaire plus forte et plus longue, tout en utilisant moins d’antigènes et un plus petit nombre de doses de vaccins. Chaque dose contient moins de 1 mg de sels d’aluminium, une quantité considérée trop faible pour causer du tort à l’organisme, selon les autorités médicales. Les sels d’aluminium utilisés sont les suivants :

*             Hydroxyde d’aluminium

*             Phosphate d’aluminium

*             Sulfate d’aluminium et de potassium

Les agents de conservation dans les vaccins

 

Ces substances servent à éviter la croissance bactérienne dans le vaccin. Les principaux agents de conservation sont les suivants :

*           Formaldéhyde (Utilisé pour inactiver les microbes de certains vaccins pendant et après leur production. La purification l’élimine presque totalement du produit final.)

*           Phénol

*           2-phénoxyéthanol

*           Thimérosal (Utilisé seulement dans les fioles multidoses du vaccin antigrippal.)

*           Antibiotiques : néomycine et polymyxine B

Les stabilisants dans les vaccins

 

Les agents de stabilisation permettent de maintenir la qualité du vaccin durant son entreposage. Les vaccins contiennent les principaux stabilisants suivants :

*           Albumine bovine ou sérum bovin

*           Albumine humaine

*           Gélatine

*           Glycine

*           Lactose

*           Sorbitol

*           Sucrose ou saccharose

*           Polysorbates 20 ou 80 (Ils assurent l’homogénéité du produit.)

 

 

Une conspiration des firmes pharmaceutiques par ce virus

 

Il y a de forte chance que pendant une manipulation sur les différentes souches de la grippe, des chercheurs d’une firme pharmaceutique ont créé la grippe A H1N1.

La poule aux œufs d’or était née. Une fois le virus fabriqué en quantité, cela e été un jeu d’enfant de le lâché dans la nature. La propagation du virus a dépassé toutes les espérances et les alerte d’épidémie suivie de pandémie à fait le reste.

La grippe saisonnière fait beaucoup plus de victime et pourtant les gouvernements et les organismes internationale se mobilisent et mettent tout en place pour limité la propagation du virus. Les sommes colossal sont débloqué pour se procurer les vaccins ;

Le gouvernement Français a commandé plus de 90 millions de doses à quatre laboratoires différents.

Il faut s’attendre que les gouvernements repassent des commandes pour l’année prochaine ainsi de suite.

Une campagne de vaccination sans précédent a été proposée par le gouvernement.

La population c’est empressé de se faire vacciner. On comprend mieux pourquoi cette grippe est du pain bénis pour les firmes pharmaceutique.

De tout temps l’Homme n’a jamais pu éradiquer ou n’a pas voulu éradiquer le virus de la grippe, ce qui implique que nous auront toujours besoin de vaccin contre la grippe.

Au file du temps nous sommes devenu dépendant des vaccins pour et contre la grippe.

A chaque vaccin crée le virus se transforme, mute et prend des vacances pour revenir de plus bel.

Le corps humain a perdu la faculté de combattre le virus, il lui faut obligatoirement un vaccin composé du virus pour ce défendre. Le virus devient de plus en plus résistant, virulent et agressive. L’Homme devient de plus en plus fragile, faible et peureux. Les firmes pharmaceutique riche et sans limite.

L’Homme n’a jamais sue contrôler la nature, il court à sa propre perte pour une question de grosse soue.

 

Les êtres humains doivent laisser faire la nature et respecter ces conditions, ne vous faite pas vacciner sans être atteindre par virus. Ne vous faites pas introduire une substance qui n’est pas sans risque dans votre organisme. Le corps humains a tout ce qu’il faut pour ce défendre et si ce n’est pas le cas que la mort nous emporte.

 

 

 

Le AH1N1 c’est dans la poche !

 

Avec ce nouveau recueil, vous pourrez connaître le virus, vous protégez et savoir ces modes de contamination, mais le plus important c’est d’avoir le choix de sauver votre vie ou pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by harent le varent - dans santé
commenter cet article

commentaires