Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de harent le varent
  • Le blog de harent le varent
  • : Ces trois regles signifient littéralement : « Ne vois pas », « N'entends pas », « Ne parle pas ». Plus précisément, la doctrine citoyenne signifient « je ne dis pas ce qu'il ne faut pas dire », « je ne vois ce qu'il ne faut pas voir », et enfin « je n'entends ce qu'il ne faut pas entendre »
  • Contact

etre ou ne pas etre

je ne vois pas, ne parle pas et n'entend pas. je ne suis plus rien sinon je mexprime, alors voila l'occassion.

Recherche

27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 14:41

Il y a 75.000 femmes qui sont violées chaque année en France, c'est 200 femmes par jour, un viol toutes les sept minutes et on a le sentiment que personne ne considère cela comme un problème majeur dans la société", déplore Caroline De Haas, porte-parole de "Osez le féminisme"

 Le viol est un « acte de violence par lequel une personne (violeur) impose des relations sexuelles avec pénétration (vaginale, anale ou orale),  à une autre personne, contre sa volonté.

C'est une agression sexuelle impliquant tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui, par violence, contrainte, menace ou surpris, est un viol".

 

femme violé

 

Les viols sont des crimes sexuels, certainement le plus traumatisant. Très sévèrement puni, le viol reste malheureusement très fréquent.

Le viol est acte de "torture" entraînant une souffrance aiguë, une atteinte physique et mentale délibérément portée par une ou plusieurs personnes.

 

Nombreuses sont les victimes qui craignent les répercussions sur leur vie personnelle et professionnelle.

 

 Près de 90 % des agressions sexuelles ne sont pas déclarées à la police.

 

Selon les données signalées, dans presque tous les cas, soit 98 %, l'agresseur était de sexe masculin.

 

La majorité des victimes d'agression sexuelle sont de sexe féminin, soit un peu plus de 80 %.

 

Dans 80 % des cas, l'agresseur est connu de la victime.

 

Face aux menaces de leur agresseur et au sentiment de culpabilité qui accable souvent les victimes de viol, il n'est en effet pas toujours facile d'en parler et de porter plainte.

 

 A partir de là, la plupart des femmes qui ne dénoncent pas leurs violeurs deviennent leurs complices. Cette complice femme qui n'accomplit pas personnellement le prochain viol mais aide le violeur de cet acte à en commettre d’autres.

-le viol conjugal

Cette violence sexuelle au sein du couple, ou le violé refuse de mettre sa famille en dangers, protégés ses enfants etc.

-le viol sur son lieu de travail.

Cette violence sexuelle de ses collègues ou supérieur.

-le viol par l’inceste

Cette violence sexuelle par un parent direct ou proche.

-le viol en tant que machine destructrice

 

Dans beaucoup de ces cas la victime préfère se taire avec ou sans raison valable et devient complice de son bourreau ; ce prédateur sexuel qui le plus souvent ne s’arrête pas là.

 

Ce prédateur est un homme  qui agresse ses proies pour son plaisir ou pour alimenter ses phantasmes.

Le viol est trop courant malheureusement dans la société, où les victimes par leurs silences jouent un rôle essentiel dans le maintien en activité des violeurs.

 

Certains États ne considèrent pas que le viol puisse exister entre époux. Alors que certaines civilisations ou religions considèrent que la femme doit être soumise sexuellement à son époux, la législation ou la jurisprudence de certains pays admettent l'accusation de viol d'une femme par son mari. Le viol conjugal est reconnu comme une infraction à part entière dans 51 pays. En France, le « devoir conjugal » a été aboli en 1990 et le viol entre conjoints est condamnable depuis 1992.

 

"Il faut Libérer la parole des femmes victimes de viol et d'agressions sexuelles pour qu'elles ne se sentent plus coupables, honteuses ou pires encore complices".

 

Beaucoup de femmes sont victimes de viol d’un habitué des faits ; un ami, un frère, le copain, le mari, le patron etc.

 

Elles sont victimes aujourd’hui d’un viol, par ce qu’une femme un jour n’a pas voulu dénoncer son agresseur.

 

Vous avez été victime d'un viol, il faut réagir ! Vous devez contacter les associations spécialisées dans la prise en charge des victimes de violences sexuelles, c’est une question vitale.

 

Viols Femmes Informations :

Tél. : 0800 05 95 95 (appel gratuit)

Site internet : www.cfcv.asso.fr

 

Associations contre les violences faites aux femmes au travail :

Tél. : 01 45 84 24 24

Site internet : http://www.avft.org/

 

Liste des permanences d'accueil pour les femmes victimes de violences :

Site internet :

http://www.femmes-egalite.gouv.fr/infos_pratiques/les_contacts_utiles/permanences/index.htm

 

Guide « Les droits des victimes » édité par le Ministère de la Justice :

http://www.justice.gouv.fr/art_pix/1_guide_victimes20070206.pdf

 

 

L'objectif est de traquer ces prédateurs ou malade,  jusque dans leurs tanières et tenter de les soigner ou les mettre hors de nuire pour espérer des jours meilleurs dans cette société pour les victimes de viols. Il faut les pourchasser, les dénoncer ou qu’ils soient ; dans notre maison, dans notre famille, dans notre entreprise, dans nos partis politiques, etc.

 

Si nous ne faisons pas cela, alors on se rend complice de ces criminels.

 

A cote de tout cela nous devrons encourager et protéger les victimes qui dénonceront leurs agresseurs.

 

Nous devons faire cela pour ne pas être complice de ces criminels.

Partager cet article

Repost 0
Published by harent le varent - dans actualité
commenter cet article

commentaires