Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de harent le varent
  • Le blog de harent le varent
  • : Ces trois regles signifient littéralement : « Ne vois pas », « N'entends pas », « Ne parle pas ». Plus précisément, la doctrine citoyenne signifient « je ne dis pas ce qu'il ne faut pas dire », « je ne vois ce qu'il ne faut pas voir », et enfin « je n'entends ce qu'il ne faut pas entendre »
  • Contact

etre ou ne pas etre

je ne vois pas, ne parle pas et n'entend pas. je ne suis plus rien sinon je mexprime, alors voila l'occassion.

Recherche

18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 13:45

L'occupation humaine de la région de Jérusalem est attestée depuis le Chalcolithique par des fragments de céramique trouvés près de la source de Gihon et datant d'environ 3500 av. J.-C. Ces fragments de poterie sont les premiers vestiges découverts à ce jour sur le site de Jérusalem. Il n'est pas établi que l’occupation du site fut alors continue.

Les plus grands personnages bibliques y séjournèrent. Caïn y conçu sa haine jalouse et meurtirère pour Abel, Noé y érigea un autel, Abraham voulu y sacrifier son fils, David en fit sa capitale, Salomon y construisit le Temple... Succédant aux peuples sémites, les Grecs, les Perses et les Romains y conduisirent des guerres jusqu'à ce que Jésus y soit crucifié et que le christianisme s'impose comme religion aussi populaire que le judaïsme. Puis le prophète Mahomet se distingua à son tour et, poussé par l'archange Gabriel, y posa les fondements de l'Islam.

Jérusalem comme lieu fondateur du culte.

Jérusalem, à elle seule, suffit à incendier le monde. Comme si les guerres de religion n'avaient pas suffisamment tué jusqu'ici, l'on continue toujours à se disputer la propriété de la ville sainte la plus importante au monde. Le 20e siècle n'y changera d'ailleurs pas grand chose. Dès 1933, à cause de la montée du nazisme et d'une forte immigration juive en sol palestinien, on amorce le partage du pays entre Juifs et Arabes et on proclame Jérusalem à titre de ville ouverte. En mai 1948, David Ben Gourion instaure l'indépendance d'un état israélien en Palestine. Cette proclamation ravive un conflit qui, semble-t-il, ne s'arrêtera jamais.

Palestiniens et Israéliens se battent maintenant depuis des millénaires pour faire de la ville sainte leur capitale. Jérusalem, actuellement sous la tutelle administrative de l'état israélien, est coiffée d'un statut contesté à travers le monde par l'opinion publique ainsi que par les instances politiques mondiales. Ce statut de capitale éternelle et indivisible, agrée par une loi fondamentale israélienne datant de 1980, suscite toutes les controverses imaginables. Il est vertement décrié et désigné par le Conseil de sécurité de l'ONU, dans sa résolution 478, comme étant une violation flagrante du droit international.

Deux siècles de guerre au nom de Dieu, pour finir par un retour au statu quo antérieur : l'islam dominant, le christianisme toléré dans ses différents courants, vivant sa foi dans ses lieux saints traditionnels.

jerusalem2 

Quelques guerres pour mémoire.

 

La Première Guerre judéo-romaine qui s'est déroulée entre 66 et 73, parfois appelée la Grande Révolte (en hébreu: המרד הגדול, ha-Mered Ha-Gadol), fut la première des trois révoltes des juifs de la province de Judée contre l'Empire romain, telle que relatée principalement par Flavius Josèphe.

Elle débuta en 66, à la suite des tensions religieuses croissantes entre Grecs et Juifs[1]. Elle s'acheva lorsque les légions romaines de Titus assiégèrent, pillèrent puis détruisirent Jérusalem et le temple d'Hérode en 70, puis les places fortes des Juifs (principalement Gamla en 67 et Massada en 73).

Le pape Urbain II appelle à la première croisade, une foule de chevaliers prend le chemin de Jérusalem. Durant près de deux siècles, des milliers de croisés tenteront de délivrer la Terre sainte, et beaucoup d’entre eux ne reviendront jamais.

jerusalem1
La guerre des Six Jours est une guerre qui opposa, du
5 juin au 10 juin 1967, Israël à une coalition (la Ligue arabe) formée par l'Égypte, la Jordanie, la Syrie et l'Irak. Cette guerre fut déclenchée comme une « attaque préventive » d'Israël contre ses voisins arabes, à la suite du blocus du détroit de Tiran aux navires israéliens par l'Egypte le 23 mai 1967 (les Israéliens avaient préalablement annoncé qu'ils considéreraient cet acte comme un casus belli)[1]. Au soir de la première journée de guerre, la moitié de l'aviation arabe était détruite. Et au soir du sixième jour, les armées égyptiennes, syriennes et jordaniennes étaient défaites. Les chars de Tsahal bousculèrent leurs adversaires sur tous les fronts. En moins d'une semaine, l'État hébreu tripla sa superficie : l'Egypte perdit la bande de Gaza et la péninsule du Sinaï, la Syrie fut amputée du plateau de Golan et la Jordanie de la Cisjordanie et Jérusalem-Est.

Plus symbolique encore de la défaite arabe fut la prise de la vieille ville de Jérusalem. La cité des 3 religions du Livre devint dès lors la capitale d'Israël, sans la reconnaissance de la plus grande partie de la communauté internationale.

Les résultats de cette guerre, épisode du conflit israélo-arabe, influencent encore aujourd'hui la géopolitique de la région. En particulier, certains territoires annexés sont toujours occupés par Israël en 2010.

La première et seconde Intifada ou Intifada Al-Aqsa (arabe : الإنتفاضة الفلسطينية الثانية ou انتفاضة الأقصى, hébreu : אינתיפאדת אל-אקצה) désigne l'ensemble des événements ayant marqué le soulèvement des Palestiniens à partir de septembre 2000, en référence à la Première Intifada déclenchée en 1987.

Dans cette partie du monde, ce n’est des oliviers qui devaient être planté mais surtout des vignes tant le sang de couleur rouge a coulé et continu à se répandre.

Nous sommes à l’aube d’une catastrophe humaine ou une fois de plus seule la cruauté de l’être humain vat gagné.

Un génocide et nouvel holocauste se profile a l’horizon.


jerusalem

Partager cet article

Repost 0
Published by harent le varent
commenter cet article

commentaires