Présentation

  • : Le blog de harent le varent
  • Le blog de harent le varent
  • : Ces trois regles signifient littéralement : « Ne vois pas », « N'entends pas », « Ne parle pas ». Plus précisément, la doctrine citoyenne signifient « je ne dis pas ce qu'il ne faut pas dire », « je ne vois ce qu'il ne faut pas voir », et enfin « je n'entends ce qu'il ne faut pas entendre »
  • Contact

etre ou ne pas etre

je ne vois pas, ne parle pas et n'entend pas. je ne suis plus rien sinon je mexprime, alors voila l'occassion.

Recherche

18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 13:35

La loi Sarkozy, qui visait à chasser les dames de petite vertu des centres-villes, a modifié la carte de la prostitution, notamment à Paris.

 

Le ministre SARKO en 2003 :

prostitution1
 

«     Il y a au moins, reconnaissez-le, une logique et une cohérence dans la politique que je vous propose : puisque ces filles ou ces hommes sont des esclaves, on va frapper au portefeuille les proxénètes qui les mettent sur le trottoir. En rendant impossible la mise sur le trottoir, on rend la vie impossible aux proxénètes et pas à ces malheureuses.
    Second argument, ces prostituées étrangères qui sont dans notre capitale ou nos villes ne connaissent personne, ne parlent pas un mot de français, et vivent dans des chambres sordides, menacées physiquement par des proxénètes sans scrupules. Si on les sort du trottoir, on les sort de ces réseaux et on pourra les sortir de l’esclavagisme. Il est totalement contradictoire de dire qu’elles sont esclaves mais qu’on peut les laisser sur les trottoirs.
[…]
    Toutes les prostituées étrangères en situation de détresse, nous les raccompagnerons chez elle. En quoi serait-il contraire aux droits de l’homme de ramener un Albanais en Albanie, un Bulgare en Bulgarie, un Roumain en Roumanie ? (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe de l’Union pour la majorité présidentielle.)
[…]
 
    Quant aux prostituées étrangères qui accepteront de nous aider à lutter contre leurs proxénètes, nous leur donnerons des papiers et nous les protégerons.
[…]
    N’oublions pas les autres victimes : les personnes qui habitent dans les quartiers où la vie est devenue impossible  […]. 
    
Que nous disent les habitants de ces quartiers qui, pour rentrer chez eux, doivent passer entre deux colonnes de prostituées, de proxénètes et tout ce qui va avec ?
   ” A quoi rime État de droit si vous nous laissez tomber ? […]

Sommes-nous condamnés à rentrer chez nous en franchissant un porche où une prostituée est en train de faire une passe ? C’est très triste pour la prostituée et très triste pour le client. Mais nous qui habitons là, nous qui ne sommes pas les plus favorisés, que faites vous pour nous, vous, législateurs ?
 
   Il ne faut pas les abandonner, car, eux aussi, ils sont victimes de la situation.
»

 

 

Ville cosmopolite, Paris était connu au dix-neuvième siècle pour ses nombreuses courtisanes et ses plaisirs raffinés. La réputation amoureuse et érotique de la femme française (et de la Parisienne) fut d’abord celle de ses prostituées, pauvres ou riches.

 

En 2011

 

Filles originaires d’Europe orientale au Nord de Paris, asiatiques à l’Est, Africaines, transsexuelles et travesties un peu partout se succèdent à intervalles réguliers.

 

La gare du Nord à Paris est-elle devenue un repère de pédophiles ? Depuis deux ans, des dizaines de jeunes mineurs roumains se livrent à de la prostitution au grand jour.

La gare du Nord a toujours été un lieu de prostitution masculine. Mais depuis deux ans, ce sont des Roumains, très jeunes pour certains, qui ont fait leur apparition.

 

Deux géographies coexistent à Paris en 2010

Une géographie réelle et une autre virtuelle. Une géographie du lieu et une autre de l’origine. Une grande partie des femmes qui se prostituent à Paris sont d’origines étrangère, aujourd’hui, parfois de passage, parfois sous couvert d’immigration. Une grande partie d’entre elles racolent sous couverture également, c’est à dire sur Internet, dans les salons de massages, les clubs, les discothèques.

 

Dans le centre de Paris, du côté du Faubourg Saint-Denis et de la rue Blondel, il y  des femmes mûres, françaises en général, parfois africaines. Les grands boulevards, entre porte Saint-Denis et Porte Saint-Martin, on trouve de femmes plus jeunes, asiatiques et roumaines.

 

Au Nord, autour de Pigalle et de la Place de Clichy, quelques travestis et de quelques transsexuelles. Parfois, sur l’avenue de Clichy, quelques asiatiques dans l’après-midi. Il reste une prostitution à Pigalle, elle se trouve dans les pubs, les discothèques et les clubs, parfois dans certains bars à hôtesses. Dans certains salons de massages du 9e arrondissement, on propose également masturbations et fellations. Vers Barbès et La Chapelle, une prostitution africaine demeure à la Goutte d’Or.

A l’Est, la Gare de Lyon et le douzième arrondissement, près de la place Daumesnil et de l’enclave de la communauté chinoise du vingtième. A Belleville, des femmes déambulent entre le métro Belleville et la place du Colonel Fabien, sans se cacher. On trouve aussi dans le quartier, ainsi que dans le 19e arrondissement, des salons de massages.

A l’Ouest, il reste des femmes qui vendent leurs charmes, près de la Madeleine, autour des Champs-Élysées et de l’avenue Foch. Françaises près de l’Eglise de la Madeleine, ces femmes s’internationalisent du côté de l’Etoile, avec de jeunes femmes d’Europe de l’Est notamment.

Aux portes de Paris et sur les boulevards des Maréchaux, la prostitution est toujours très présente, notamment le soir et la nuit. En général, une prostitution de pauvres pour les pauvres. Populations plus ou moins sans papiers, transsexuelles, femmes soumises à un abattage parfois terrible. Des passes bradées sous un tunnel du périphérique, et des fellations sur parking.

Le bois de Boulogne et la porte Dauphine voisine, qui concentre le même type d’activités tarifées. Prostitution masculine épisodique, BMC (Bordels Militaires de Campagne, à savoir une camionnette tapissée de matelas abritant deux à trois femmes),  nombreux, transsexuelles dans les allées du bois. La nuit au bois de Boulogne, particulièrement triste, parfois violente, toujours en plein air, exposée. Elle est véritablement dangereuse au bois.

prostitution

 

Le plus vieux métier du monde ne peut pas être dissocié des grandes villes et de la vie de tous les jours.

 

Il y a plusieurs forme de prostitutions, on peut ventre son corps pour de l’argent, un poste, un appartement, un objet, un service, par plaisir, par besion etc.

 

On peut soumettre quelqu’un à vendre son corps pour de l’argent, un poste, un appartement, un objet, un service, par plaisir, par besion etc.

 

Nous avons été tous un jour ou un autre pour la plus part, un(e) client ou un(e) prostitué.

Partager cet article

Published by harent le varent - dans actualité
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog